- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

Vayetse 5771

« Yaaqov sortit de Beer Cheva, il alla à ‘Harane »
Berechit (28,10)

Le début de la Paracha Vayetse présente le départ de Yaaqov de Beer Sheva vers ‘Haran. Il fuit Esaw, et suit le conseil de ses parents : aller chez Lavan, le frère de sa mère, (à ‘Haran) afin d’épouser une de ses filles. Rappelons que Yaaqov voulait épouser Ra’hel, mais par la tromperie de Lavan, il se maria d’abord avec l’aînée à savoir Léa. C’est chez Lavan que naîtront les enfants de Yaaqov, les tribus d’Israel (sauf Binyamin).

La guemara Sanhédrine 95b ne comprend pas bien les premiers versets de la Paracha.

On me dit « Yaaqov sortit de Beer Cheva, il alla à ‘Harane », la guemara comprend que Yaaqov est donc arrivé à ‘Harane.
Ensuite, au verset suivant la Torah me dit « il rencontra l’endroit, et y passa la nuit… » Berechit (28,11).

Or j’apprends au verset 19 de ce même chapitre que Yaaqov se trouve à Beth EL.

Alors Yaaqov a-t-il pris la route pour ‘harane ou pour Beth El ?

La guemara répond ainsi :

Yaaqov est parti pour ‘Harane, il y est même arrivé. Mais sur place, il regrette : « comment est-il possible que je soit passé à l’endroit où mes pères ont prié (Har hamoria, l’endroit de la ligature d’Yts’haq), et moi je n’y ai pas prié. »
Un miracle se produit alors, et en un pas, Yaaqov se trouve à l’Endroit.

La guemara de confirmer son explication par l’expression : « il rencontra l’endroit ». De façon subite, Yaaqov arrive à l’endroit.

La guemara propose aussi une autre explication de l’expression : « il rencontra l’endroit ». Rencontrer l’endroit signifie prier. D’où le sait-on ?
Dans le livre de Jérémie, le prophète est mandaté pour faire revenir le peuple à nos valeurs. Le peuple de Yéhouda est menacé : s’il ne revient pas dans le droit chemin alors, le temple sera détruit (ce qui est malheureusement arrivé).

Et D. dit à Yirmiyahou, que si le peuple n’entend pas raison, il ne servira à rien de prier: « Et toi ne prie pas pour le peuple, ne vient pas implorer pour le peuple… et ne me rencontre pas pas » (Jérémie 7,16).

On voit bien que le verbe « rencontrer » [Vayifga’] est associé à un langage de prière.

Chabbat Chalom
Stéphane Haim COHEN, www.limud.net
D’après Guemara Sanhédrine 95b, Editions Sotenschtein.