- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

Bo 5771

« Moshé dit : ainsi D. a parlé… Tout premier né mourra dans le pays d’Egypte depuis le premier né de Pharaon qui est assis sur son trône, jusqu’au premier né de la servante… »
Chemot (11,4-5)

La paracha BO nous raconte les trois dernières plaies (les sauterelles, l’obscurité et la mort des premiers nés) ainsi, que la suite logique, la sortie d’Egypte.
C'est aussi dans cette paracha la première fois où les Bné Israel, en tant que peuple, reçoivent des commandements divins (Mitswot).

Le verset en entête constitue l’avertissement de Moshé à l’Egypte, c’est la menace, ce n’est pas encore la plaie.
Au chapitre 12, la 10è plaie est racontée dans des mots ressemblants :
« Et D. a frappé tout premier né dans le pays d’Egypte depuis le premier né de Pharaon qui est assis sur son trône, jusqu’au premier né du PRISONNIER qui est dans le cachot… » (Chemot 12,29).

Entre l’annonce de la plaie (avant qu’elle est lieu) et sa description (quand elle a lieu), les mots se ressemblent, mais il y a une différence significative.

Alors que dans l’annonce, la plaie est sensée frapper jusqu’au premier né de la servante, dans la description, on parle du premier né du captif.

Pourquoi ce changement ?

Rabbi Ye’hezqiel Sagal Landau de Vilna fournit une explication.

Il nous rappelle que le but des plaies étaient de faire ouvrir les yeux à Pharaon, afin qu’il libère les Bné Israel. C’est pourquoi, chaque plaie était précédée d’un avertissement. Si Pharaon est clairvoyant, il a donc les moyens d’arrêter la plaie avant qu’elle ne se produise.
Il entend l’avertissement de Moshé, il comprend le message, et décide de libérer les Bné Israel avant la plaie !

Les annonces des plaies doivent donc servir d’avertissement, de force de dissuasion.

Moshé, quand il annonce la mort des premiers nés veut menacer Pharaon. Il doit donc lui dire que tout premier né, jusqu’au premier de la servante va mourir. En effet, s’il lui parle du premier né du captif, qui se trouve dans un cachot, est-ce que Pharaon sera affecté par la menace.
Pharaon penserait que c’est tant mieux pour le prisonnier, s’il est puni (c’est Pharaon qui décide de jeter les prisonniers au cachot). La menace perdrait donc de sa force.

En revanche, lors de la description de la plaie, la Torah nous parle du premier né du captif… car dans les faits, même le premier né du prisonnier a été frappé.

Rachi a d’ailleurs remarqué cette « anomalie » de langage dans les versets. Et il nous dit que le premier né de la servante est inclus dans « le premier né du captif », qui correspond au plus bas niveau de l’échelle sociale.

Rachi explique aussi que la raison pour laquelle ces personnes ont aussi été frappées par la 10è plaie (à lire).

Chabbat Chalom
Stéphane Haim COHEN, www.limud.net
D’après la Hagada « Pirouché Guéoné Lita » Editions Mossad Harav Kook