- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

CHOFETIM 5771

"Et qu’il [le roi qui a aura été choisi] ne multiplie pas pour lui les femmes, et que son coeur ne se détourne pas …"
(DEVARIM 17,17)
Cette semaine, nous lisons la Paracha Chofetim, comme dans la plupart des parachyot du dernier livre de la Torah, Moshé donne ses recommandations aux Bné Israel, avant que le peuple entre en Israel.
La paracha de la semaine présente des lois à appliquer lorsque les Bné Israel seront entrés en Terre Promise. Ainsi le verset en entête présente une loi propre au roi qui sera nommé.

Ce roi ne doit pas avoir trop de femmes ! Rachi rapporte que le nombre maximum est de 18. On l’apprend du Roi David qui avait 6 femmes, et du verset de Chmouel B (12,8).

La Torah a donné la raison de la limitation du nombre de femmes du roi : « afin que son coeur ne se détourne pas ».

La guemara Sanhédrine 21 b nous dit :
Rabbi Ytsh’aq a dit : Pourquoi la Torah n’a-t-elle pas dévoilé les raisons des commandements divins (mitswot) ? Parce que, à 2 reprises ces raisons ont été dévoilées, et cela a fait trébuché le plus grand roi du monde [Chlomo].

En effet, il est écrit, verset en entête "Et qu’il [le roi qui a aura été choisi] ne multiplie pas pour lui les femmes, et que son coeur ne se détourne pas …" , et on lit dans Mela’him I, (11,4) « Ce fut lorsque Salomon vieillit, ses femmes détournèrent son coeur" ».
De même pour l’interdit de posséder des chevaux, Salomon a trébuché.
La guémara nous fait donc comprendre que lorsque la Torah expose la raison, la motivation de la mitswa, alors l’homme est tenté de l’enfreindre.
En voulant comprendre la raison de la mitswa, on humanise la Torah. On la rend dépendante de l’homme. On peut être tenté de se dire je comprends la raison, je comprends donc dans quelle mesure je dois appliquer la Loi. La Loi, au bout du compte ne dépend plus que de moi.
En voulant comprendre les mitswot je peux être amené à penser que l’homme est le centre du monde, tout se résume à l’homme.
En revanche, si je décide de me soumettre à la Loi indépendante de ma volonté, si la Loi est hétéronome, alors je reconnais, qu’il existe un Autre, qui n’est pas homme.
Comme on peut le lire dans Wikipedia : « L'hétéronomie est la capacité d'un être vivant à subir la règle du milieu environnant. Chez l'homme, l'hétéronomie représente l'incapacité à se donner ses propres lois et à se régir d'après elles. L'hétéronomie est l'inverse de l'autonomie ».
En acceptant la Torah, la Loi Divine, en l’appliquant au quotidien, je comprends que la Loi est indépendante de ma volonté ou de la volonté de l’homme. Je refuse de croire à la toute puissance de l’homme : il existe un Autre.

Chabbat Chalom
Stéphane Haim COHEN, www.limud.net

D’après Guemara Sanhédrine 21a, Editions Sotenschtein