- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

YOM KIPPOUR 5772

Cette semaine, nous vivrons Yom Kippour, LE JOUR de l’année.

C’est l’aboutissement d’une période de 40 jours, … pour arriver à comprendre ce que l’on proclame à la fin de Néila « Hachem Hou Haélokim ». Accepter, comprendre, proclamer que D. existe, et que nous devons nous conduire en conséquence … étudier et appliquer Son message, celui de la Torah.

Voici le message dont je souhaiterais m’imprégner pour ensuite le faire passer à ma famille à l’orée de ce Yom Kippour.

Pour revenir sincèrement à nos valeurs, il ne suffit pas d’avoir peur de la punition consécutive à la faute, et il ne suffit pas de désirer ardemment la récompense promise pour l’accomplissement des commandements divins. Cette Techouva est artificielle. Elle ressemble au bel arbre sans racine, que le moindre vent mettra à terre.

La vrai Techouva c’est celle qui vient parce que je comprends que mon comportement est vicié. La vraie Techouva est consécutive à une analyse de mes travers. Je dois d’abord comprendre que j’ai des défauts. De la même façon que je sais que le poison tue, je dois comprendre que certains aspects de mon comportement sont dangereux.

Je rappelle qu’à Yom Kippour, les fautes envers le prochain ne sont expiées que si mon prochain m’a pardonné. Mais pour qu’il me pardonne, je dois d’abord comprendre que j’ai peut être tort.
La nature humaine (ou plutôt bestiale, au sens où on ne réfléchit pas) nous pousse systématiquement à fuir nos responsabilités.
Ex. : Si je suis arrivé en retard, c’est que le Tramway était en panne !
Si je me suis énervé c’est que tu m’as provoqué,
Si je me suis en retard à l’école, c’est que mes parents ne m’ont pas réveillé …

En clair, c’est la fuite de ses responsabilités, tout simplement parce que l’home n’aime pas dire j’ai tort, ou je me suis trompé.

A Yom Kippour, à 10 reprises il me semble, nous allons énoncer nos fautes (Vidouy). Pourquoi répéter autant de fois cette déclaration ? Pourquoi citer des fautes que l’on n’a peut être pas commises ?
J’ai pensé que c’est peut être pour nous apprendre à dire J’AI TORT, à force de le répéter cela finira bien par rentrer !
Il est toujours plus facile de trouver les fautes de son prochain, mais déceler ses propres fautes est un exercice délicat.

Pour terminer, je rappelle que le Rambam, au chapitre 2 des Lois de la Techouva nous explique en quoi elle consiste :

1. Abandonner la faute

2. Décider de ne plus recommencer

3. Regretter la faute.

4. Dire sa faute dans le Vidouy.

Chabbat Chalom
Gmar ‘Hatima Tova
Stéphane Haim COHEN, www.limud.net