- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

NOA’H 5772

« D. a vu la terre, et voici elle s’était corrompue devant D. car toute chair avait perverti sa voie sur la terre.»
(BERECHIT 6.12)

Dans la paracha de la semaine, on vit deux épisodes où l’humanité s’est opposée à son Créateur.

A l’époque de Noa’h, l’humanité a fauté et a été complètement détruite par le déluge. A la fin de la paracha, c’est la génération qui a voulu se séparer de son Créateur en érigeant la Tour de Babel.

A l’époque de Noa’h, comme nous le dit le verset en entête la terre est corrompue. La Torah nous dit aussi : « Car la terre est remplie de violence..» Berechit (6,13). Les gens ne respectent plus la propriété d’autrui. Ils volent.

Dans la paracha qu’on lit cette semaine, il n’y a pas encore de notion de peuple juif, ou de peuple d’Israel. La guemara Sanhédrine 56a nous cite les lois qui concerne les Bné Noa’h : les non-juifs. Traditionnellement, nous savons que la Torah demande à l’humanité dans son ensemble l’application des 7 Lois Noa’hides :

1. Instaurer des tribunaux
2. Ne pas maudire le nom de D.
3. Ne pas faire d’idolâtrie
4. Ne pas avoir de relations sexuelles interdites (Ex. inceste, homosexualité, …)
5. Ne pas tuer
6. Ne pas voler
7. Ne pas manger un membre ou une partie d’un animal quand celui-ci est vivant (Ex. : couper la cuisse d’un poulet vivant, et la faire rôtir. Il faut d’abord tuer le poulet)
La guemara apporte ensuite d’autres avis qui présentent des lois supplémentaires que doivent aussi respecter les Bné Noa’h.

Selon le Rambam la mitswa d’instaurer des tribunaux est liée à l’application des 6 autres lois noa’hides : il faut mettre en place les tribunaux qui jugeront ceux qui ne respectent pas les lois noa’hides.
En revanche, le Ramban, pense que ces tribunaux doivent juger tous les sujets de la vie en société : le vol, mais aussi le droit des salariés, le dol, le droit des affaires…

Les relations sexuelles interdites aux bné Noa’h sont les mêmes que celles interdites aux Bné Israel (à une exception, l’interdit d’aller avec une femme uniquement fiancée qui n’a pas encore eu de relations avec son mari, qui ne concerne que les Bné Israel).

Enfin, je voudrais terminer par une question qui mérite d’être posée, et à laquelle chacun pourra apporter sa propre réponse
Parmi les lois noa’hides, on trouve « ne pas tuer ».
Est-ce une loi inscrite dans l’humanité. Est-ce que si cette loi n’avait pas été donnée aux Bné Noa’h et aux Bné Israel, on l’aurait appliquée ? Est-ce une loi qui s’impose à moi parce que « l’homme est un loup pour l’homme » et donc si je veux vivre je dois laisser l’autre vivre ? Ou bien est-ce une loi qui existe, parce qu’elle est ancrée dans la nature humaine ? En résumé existe-t-il des valeurs morales universelles ?

Chabbat Chalom
D’après la guemara Sanhédrine 56a, édition Sotenschtein.

Stéphane Haim COHEN, www.limud.net