- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

Vayera 5772

Le Ilouy Nichmat Yaaqov Cohen Ben Zahara
«…Ils dirent [les anges] fais comme tu as dis »
Berechit 18,5

VAYERA est La Paracha qui nous raconte plusieurs moments clés de la vie d’Avraham :
- La visite des anges qui viennent annoncer que Sara aura un fils
- La négociation avec D. pour sauver les villes de Sodome et Gomorrhe
- Le sauvetage de Loth et la destruction de Sodome et Gomorrhe
- La rencontre avec Avimele’h
- Sarah qui enfante Yts’haq, la brith mila de Yts’haq
- Avraham qui doit renvoyer Ychmael
- L’ultime épreuve : la ligature de Yts’haq.

La guemara Baba Metsia page 86a et b commente la rencontre d’ Avraham avec les anges.

Lorsqu’ Avraham convie ses 3 invités, qui s’avéreront être des anges, à une collation, les anges acceptent immédiatement. Ainsi, au verset 18,5 de Berechit, on trouve : « fais comme tu as dis ».

En revanche, un peu plus tard dans la paracha, lorsque les anges sont invités par Loth, pour le gite et le couvert, on lit « Il [Loth] insista fortement » (Berechit 19,3). Loth doit donc quasiment les supplier pour qu’ils acceptent l’invitation.
Rabbi Eleazar apprend d’ici que l’on peut refuser la proposition d’un petit, mais que l’on ne refuse pas la proposition d’un grand.
Ainsi, il est convenable, et poli de ne pas accepter immédiatement la proposition d’un homme « normal » (pas un homme important).
En revanche, si la proposition émane d’un homme important, c’est le cas des anges face à Avraham, il convient d’accepter immédiatement la proposition.

Ainsi, de nos jours, si l’on propose à quelqu’un de diriger un office (de monter ‘hazan), il est d’usage de ne pas accepter immédiatement. En revanche, si c’est le Rav ou une personne importante, qui enjoint à un fidèle de montre ‘hazan, alors l’on se doit d’accepter sur le champ.

La guemara continue ensuite l’éloge d’ Avraham : il parlait peu et agissait beaucoup. Ainsi, il a proposé aux anges de leur apporter du pain pour le repas. Quand il parle, il propose du pain. Mais lorsqu’il agit, il court chercher du bétail. Il parle peu, mais il agit beaucoup.

CHABBAT CHALOM

Stéphane Haim COHEN
www.limud.net

D’après Guemara Baba Metsia 86b et 87a