- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

VAYE’HI 5769

« Il attache à la vigne son ânon, et au cep [de la vigne] le fils de son ânesse ; il lave dans le vin son vêtement, et dans le sang des raisins sa tunique. Ses yeux sont rouges à cause du vin, et ses dents blanches à cause du lait.»
Berechit (49,11-12).

La paracha de la semaine conclut le livre de Béréchit. Le peuple des enfants d’Israel (Yaaqov) est à présent une entité à part entière, bien que résidant en Egypte.
Yaaqov, le troisième patriarche bénit, dans notre paracha, ses enfants, les 12 tribus, avant de rejoindre le monde de la Vérité.

Dans les versets en entête, Yaaqov bénit/prophétise sur Yehouda.

La guemara Ketouvot 111b, expliquent ces versets. Ils viennent expliquer comment sera grande la production de la Terre d’Israel aux temps futurs.

Ainsi la guemara explique que chaque vigne nécessitera les habitants d’une ville pour la cueillir, tellement la récolte sera abondante (Air =anon s’écrit comme Ir = une ville).

Le Maharcha explique que Soreka = le cep de vigne, peut faire penser à Sereq= stérile. Il explique que même une grappe d’une vigne stérile (moins productive que la norme), nécessitera 2 ânesses pour porter le vin qui en sortira.

La guemara demande : peut être y aura-t-il du raisin, mais pas de vin… le verset dit « Il lave dans le vin ».

Peut-être que le vin ne sera pas rouge ? le verset dit « le sang des raisins ».

Peut-être que ce vin n’enivrera pas ? La Torah dit Souto = sa tunique, mais cela fait penser à « mésit » = détourner. Ce vin enivre et fait tourner la tête…

Peut-être que ce vin n’aura pas bon goût ? Tout palais (toute bouche) dira « à moi, à moi ». ‘Ha’hli’hi = sont devenus rouges, se décompose en ‘heh li li…

En clair, nous aurons la quantité ET la qualité.

Mais le processus est déjà en route… la première fois de ma vie que j’ai goûté des fraises d’Israel (c’était un mois de décembre il y a quelques années), je n’arrivais pas à comprendre pourquoi elles avaient si bon goût, alors que les fraises que j’avais mangé auparavant en France n’en avaient pas… Depuis, j’ai refait la même expérience avec beaucoup d’autres fruits !!!

La guemara continue :

Rabbi ‘Hiya Bar Ava était le maître des enfants de Rich Laqich. Il se produit que pendant 3 jours, il ne vint pas enseigner à ses élèves.
Le quatrième jour, en arriva, Rich Laqich lui demanda des explications.

Rabbi ‘Hiya bar Ava dit :

Mon père m’a laissé une vigne. Le premier jour j’ai cueilli 300 grappes. Et chaque grappe m’a donné un tonneau de vin (300 tonneaux).

Le 2è jour j’ai cueilli 300 grappes. Et pour 2 grappes j’ai obtenu un tonneau de vin (150 tonneaux).

Le 3è jour j’ai cueilli 300 grappes. Et pour 3 grappes j’ai obtenu un tonneau de vin (100 tonneaux).

Après cela j’ai abandonné la moitié de la récolte (qui restait). Celui qui voulait a pu se servir.

Rich Laqich lui répond : Si tu n’avais pas délaissé ton travail d’enseignant de Torah, alors tu aurais encore plus !

De cette histoire, on retient l’abondance de la terre d’Israel, que l’on retrouvera bientôt. On retient aussi que l’étude de la Torah crée l’abondance…

Que D. protège Son peuple, pour que tous les ennemis reconnaissent que notre message est La Vérité. La Vérité que D. nous a révélée.

Ainsi nous serons unis autour de nos valeurs… Etre unis en temps de guerre c’est important… mais être uni en temps de paix autour de nos valeurs sera encore plus bénéfique… c’est ainsi qu’il n’y aura plus de guerres…

CHABBAT CHALOM

Stéphane Haim COHEN

D’après Guemara Ketouot 111b
Editions Sotenschtein

Et Torah Temima