- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

MICHPATIM 5769

« Si un homme ouvre un puits ou creuse un puits et ne le couvre pas, et tombent là bas un boeuf ou un âne. Le propriétaire du puits paiera … »
Chemot 21, 33-34

La Paracha Michpatim présente essentiellement des mitswot « sociales » qui régissent les relations entre l’homme et son prochain.
De la même façon que les 10 paroles (les 10 commandements, dans la Paracha précédente, YITRO) proviennent du Mont Sinaï, lieu de La Révélation, les lois sociales sont aussi issues du Mont Sinaï (Rachi).

Le verset en entête, présente un dommage que l’on peut causer à son prochain, et bien évidemment, qu’il faut réparer.

La première partie de la guemara Baba Qama traite des différentes catégories de dommages.

1. L’Homme qui crée directement un dommage. En frappant, en lançant une flèche ou des pierres… l’homme crée un dommage à son prochain et doit réparer. Il ne peut pas se targuer du fait qu’il ne savait pas … Un homme est considéré par la Torah comme averti.

2. Le Taureau de M. X qui crée un dommage, par exemple qui encorne l’âne de M. Y., alors X doit dédommager Y. Dans ce cas, la Torah distingue le cas du Taureau récidiviste (mouad), de celui qui est Tam quant au montant du dédommagement.

3. Le puits/le trou. Un homme qui creuse un trou dans un domaine où le public est amené à marcher, alors, si un veau y tombe, le foreur doit dédommager son propriétaire. (verset en entête).

4. Le feu. Celui qui allume un feu chez lui, et que le vent le propage chez le voisin, alors, celui qui a allumé doit dédommager.

La guemara Baba Qama explique toutes les propriétés des différents dommages, si bien que chaque type de dommage qui existe de nos jours peut être classifié selon la typologie énoncée.

En page 30a de cette guemara,on trouve :

Rav Yehouda dit : celui qui veut être ‘Hassid, alors il doit appliquer les lois des traités des dommages (= Neziquim = les 3 Babot).
Rava dit : celui qui veut être ‘Hassid, alors il doit appliquer les lois des Maximes des Pères (Pirké Avot).
Il y en a qui disent : celui qui veut être ‘Hassid, alors il doit appliquer les lois de la guemara Bera’hot.

Etre ‘hassid cela veut dire faire plus que ce qu’on me demande.

Le Maharal explique qu’il n’y a pas de contradictions entre les 3 avis. La guemara nous donne ici la technique pour être ‘hassid = bon :

1. Je dois être ‘hassid avec mon prochain (Neziquim), pour éviter de lui causer du mal. Je dois mettre en place des garde-fous dans mon comportement, afin que je n’en vienne pas à causer un dommage à mon prochain.
Notons qu’être ‘hassid ici n’est pas faire du bien, c’est plutôt tout faire pour ne pas causer de mal.

2. Je dois être ‘hassid avec moi-même (Pirké Avot). Je dois apprendre à corriger mes traits de caractères.

3. Je dois être ‘Hassid avec le Créateur (Bera’hot). Faire de la place au Créateur dans mon quotidien.

Il n’y a donc pas de contradictions entre les 3 avis… la guemara nous donne juste la définition d’un bon juif : il est bon avec l’Autre, avec lui-même, avec le Roi. Il s’épanouit dans 3 dimensions.

CHABBAT CHALOM

Stéphane Haim COHEN

D’après Guemara Baba Qama 30a
Editions Sotenschtein