- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

Devarim 5768

« Comment [Ei’ha] porterai-je seul votre charge, votre fardeau, vos disputes »
(Devarim 1,12)

Le livre de Devarim, le cinquième et dernier de la Torah, est constitué des recommandations de Moshé aux Bné Israel. En effet, le peuple est sur le point d'entrer en Israel, Moshé est sur le point d'être rappelé par D.
Moshé donne donc des conseils, fait des réprimandes pour toutes les fautes qui ont été commises par le peuple dans le désert. Moshé veut que les Bné Israel tirent des leçons du désert afin de réussir leur vie en Israel.

La Paracha de Devarim est lue avant le jeune du 9 av, qui cette année commencera samedi soir (pendant chabbat) au coucher du soleil, pour se terminer le lendemain à la sortie des étoiles. Le jeune du 9 av a été institué car c'est le jour où le Temple a été détruit.

Ce chabbat est aussi nommé Chabbat ‘Hazon, par allusion au nom de la Haftara que nous y lirons. Et ce chabbat, nous dit Rabbi Israel de Sadigoura, a quelque chose d’exceptionnel. Nous sommes dans une période de deuil, qui va culminer le 9 av. Et, voilà un rayon de lumière, qui va nous redonner la joie de vivre. C’est comme si un homme se trouvait dans une cave obscure, et qu’il rencontre un ami muni d’une torche.

Le verset en entête est en quelque sorte une allusion au 9 av. En effet, c’est pas courant de trouver le mot « Ei’ha » dans la Torah. Et ce mot est aussi le nom en Hébreu du Livre des Lamentations écrit par le prophète Yirmihaou, que l’on lit le 9 av.

Pour quoi (en 2 mots) se lamente-t-on pendant cette période ?

Si quelqu’un a un diamant, et qu’il le perd, est-ce pour autant que ce diamant a été détruit ?
Non ce diamant existe, mais c’est à l’homme de faire les efforts pour le retrouver.

Le Temple, l’Endroit choisi par D. pour résider parmi les hommes n’est plus. Le joyau est perdu, mais ce joyau existe. C’est à nous de faire les efforts pour le retrouver.

C’est pour cela que nos maîtres nous disent que celui qui ne voit pas la reconstruction du Temple, c’est comme s’il avait assisté à sa destruction.
Car nous avons un travail à accomplir … pour que le Temple soit reconstruit, si nous ne le réalisons pas, nous sommes responsables.

Le Netivot Chalom nous rapporte les paroles de nos Maîtres à propos des Chérubins. Lorsque les ennemis ont pénétré dans le Temple, les chérubins de l’Arche Sainte, étaient l’un vers l’autre.
Or dans la guemara Baba Batra 99a, on apprend que lorsque les Bné Israel accomplissent la volonté du Roi alors les Cherubins sont face à face, dans le cas contraire ils se donnent le dos.

Comment était-il possible, qu’au moment où le Temple, la lumière du monde est en train d’être souillé et détruit, alors les chérubins montre qu’il y a harmonie entre le Créateur et Son peuple ?

Nous avons déjà dit que D. traite les Bné Israel comme Son enfant.

Un père aime son enfant dans les trois cas suivants :

1. Si le fils écoute son père, et respecte ses recommandations, alors le père prend son fils à ses côtés, et lui prouve son amour.

2. Si le fils est loin du père, alors le père languit son fils. Et plus le fils est loin, plus son absence est longue, plus il manque à son père. Dans un certain sens, les sentiments du père sont encore plus forts que dans le premier cas.

3. Si le fils est malade, et qu’il doit subir une opération délicate pour lui sauver la vie, alors les sentiments du père sont peut être encore plus exacerbés. Mais, imaginons que le père est le chirurgien qui va opérer. D’une part le père va faire souffrir son fils, d’autre part, il lui sauvera la vie… l’opération est un mal nécessaire.
Les sentiments du père, l’amour du père, sont dans ce cas encore plus forts.

Ce troisième cas de figure nous décrit, en quelque sorte, l’attitude du Créateur envers Son peuple, lors de la destruction du Temple.

Pour nous sauver, Il a dû nous amputer du Temple. Nous avons souffert… mais au bout du compte, Il nous a sauvé, nous sommes encore là. Au moment le plus critique, lors de la destruction du Temple, les chérubins s’enlaçaient, car cela montrait aussi la clémence du Roi pour Son fils.
Il faut savoir que même quand tout va mal, Il est toujours à nos côtés.

A nous de faire ce qu’il faut, pour ne plus connaître de mauvais moments, à nous de faire ce qu’il faut, pour que le monde entier réalise que le D. est Le Roi, qu’Il a régné, et qu’Il régnera pour l’éternité.

Chabbat Chalom

Stéphane Haim COHEN

D'après Netivot Chalom / Ben Hametsarim (dans le Volume Bamidbar)

[Merci d'envoyer vos éventuelles mises à jour pour Refoua Chelema]

Pour terminer, n'oubliez pas de continuer à prier pour :

Le Rav Morde’hai Tsemah’ ben Mazal
le RAV YOSSEF HAIM BEN SIMHA SITRUK, le grand rabbin de France,
CHLOMO OUAKNINE
CHALOM BEN TOYBE RIKEL
Ainsi que,

‘HAYA BAT SIM’HA
LEA BAT RAHMOUNA
CHOCHANA BAT SARA
MAZAL BAT SARAH
FORTUNEE BERREBI
GUILA BAT GOLDA LEBEITH HOURI
TEHILA BAT GUEOULA MATSLIAH,
SIMHA BAT MESSODA
HANNA BAT MYRYAM
LÉA BAT NEJMA
AICHA BAR YOSSEF MARCIANO
RUTH BATH ROUHAMA
Elisheva Tamar Bat Rivka
Guila bat Gisèle
YAKOUTA BAT OURIDA
MAZAL BAT MERYAM TAIEB
SARA LIEBE HAÏ BAT LILIANE
MESSAOUDA BAT GOUMARA.

YEHIA BEN MOCHE
ISRAEL TSVI BEN MALKA,
SHAI YONA BEN RAHEL HADDAD
REOUVEN BEN YEHOUDIT ASSOULY
CHLOMO MARCIANO
CHMOUEL FREUND
HAIM YEOUDA BEN SIMHA
HAIM BOUGANIM
SHIMON HAZIZA
YOSSEF BEN MESSAOUDA
BORIS ENKAOUA
SERGE SIMON ISRAEL BEN MARCELLE MIRIAME
HAÏM TIBI
AMRAM BEN LEA
MEIR BEN SAOUDA

Et

MOTI HAMIGUIRI

qu'ils soient guéris complètement et très rapidement ainsi que tous les malades du Am Israel.

Que D. protège aussi tout son peuple.

Amen.