- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

Chemini 5770

"Tout ce qui n’a pas de nageoires et d’écailles, dans l’eau, sera dégoûtant pour vous."
(VAYIQRA 11,12)

La paracha Chemini est consacrée au service dans le Michkan (le Temple du désert). On y trouve aussi deux autres sujets : la mort des deux fils de Aaron le Cohen Gadol, et l’exposé des lois de cacherout.

Le verset en entête expose la loi concernant la cacherout des poissons : il faut des écailles et des nageoires.

La guemara ‘Houlin 66b demande :
Nous savons que tout ce qui a des écailles, possède aussi des nageoires. En revanche, tout ce qui a des nageoires, n’a pas forcément d’écailles.
Alors pourquoi la Torah n’a pas simplement dit que les poissons permis sont ceux qui ont des écailles puisque le critère est suffisant ?

Rabbi Abaou répond : « pour agrandir la Torah et la rendre plus belle ».

En clair, il n’était pas nécessaire de préciser, au niveau de la Loi pure, la nécessité d’avoir des nageoires, puisque les écailles sont un critère déterminant. Mais la Torah a malgré tout précisé « nageoires ».

Le Ran explique que le critère « nageoires » vient nous éviter une erreur. En effet, un non spécialiste eut pu comprendre que la signification de kaskéssete = nageoires, alors qu’en fait kaskéssete = écailles.
En précisant kaskéssete et snapir (écailles et nageoires), on est sûr de ne pas commettre d’erreur.

Le Ritva explique quant à lui que même s’il n’y a pas de conséquences au niveau de la Loi, la Torah a enseigné « écailles et nageoires » pour nous expliquer la raison de la comestibilité du poisson. S’il est cachère c’est parce qu’il a des écailles et des nageoires.
Les écailles sont un signe suffisant de cacheroute, mais la raison qui explique cette cacheroute, c’est que ce poisson possède des écailles et des nageoires.

Nous venons de fêter Pessa’h, la fête de la libération physique… Mais on peut aussi être esclave dans sa tête. Celui qui ne réfléchit pas est aussi esclave.
Nous avons donc un chemin à parcourir… pour arriver au Don de la Torah à Chavouot. Il faut s’efforcer de faire travailler notre tête pour découvrir La Vérité.

Stéphane Haim COHEN

D’après :
Guemara ‘Houlin 66b
Editions Sotenschtein