- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

EQEV 5770

"… Ce n’est pas seulement avec le pain que l’homme vit, mais c’est avec tout ce qui sort de la bouche de D. que l’homme vit."
(DEVARIM 8,3)
Cette semaine, nous lisons la Paracha Eqev, comme dans la plupart des parachyot du dernier livre de la Torah, Moshé donne ses recommandations aux Bné Israel.

Le 9 Av est passé, beaucoup d’entre nous sont en vacances… mais le verset en entête nous rappelle que l’on ne doit pas oublier notre créateur !

Le Fils du Rambam, Rabbi Avraham, dans son livre « Hamaspiq leOvdé Hachem » introduit le chapitre sur la confiance en D. par le verset en entête.

Il nous dit que la confiance en D. est un des fondements de la Torah, et pour l’illustrer, un seul verset pourrait suffire : « c’est avec tout ce qui sort de la bouche de D. que l’homme vit." (DEVARIM 8,3)
« L’essentiel de la confiance en D., c’est le renforcement de la foi : D. est le Créateur, Il subvient à nos besoins, il fait vivre et il donne la mort, il apporte la maladie et il soigne, il enrichit et il appauvrit… »
Rabbi Avraham nous présente trois attitudes face à la confiance en D., selon 3 types de personnes :

1. Les prophètes, proches de la présence divine, peuvent tout espérer de D. Ils peuvent compter sur des miracles qui contredisent les lois de la nature. David, contre Goliath, c’est un exemple d’une telle confiance en D.

Cette confiance en D. exacerbée, vient du fait que ceux qui la vivent ont le « roua’h haqodech ». Ils connaissent la volonté de D.

2. Les gens normaux doivent avoir une confiance en D. plus raisonnable. Rabbi Avraham nous dit que celui qui compte sur les miracles uniquement, mais qui n’est pas au niveau, c’est un fauteur, un effronté, et qui engendre la profanation du nom de D.

3. Le troisième type de personne est celui qui croit uniquement en lui. Ils n’ont pas confiance en D. Pour gagner de l’argent, ils ne croient qu’en leur travail. Pour se soigner, ils ne font confiance qu’au médecin. C’est un peu la théorie des philosophes grecs qui réfutent l’intervention divine dans le quotidien des hommes. C’est évidemment une attitude à fuir.

A nous donc de nous travailler, d’étudier pour connaître le Créateur, et ainsi faire progresser notre confiance en D. adaptée à notre niveau.

Chabbat Chalom
Stéphane Haim COHEN, www.limud.net

D’après :
Hamaspiq leOvdé Hachem » rabbi Avraham, fils du Rambam