- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

YOM KIPPOUR 5772

Cette semaine, nous vivrons Yom Kippour, LE JOUR de l’année.

C’est l’aboutissement d’une période de 40 jours, … pour arriver à comprendre ce que l’on proclame à la fin de Néila « Hachem Hou Haélokim ». Accepter, comprendre, proclamer que D. existe, et que nous devons nous conduire en conséquence … étudier et appliquer Son message, celui de la Torah.

Voici le message dont je souhaiterais m’imprégner pour ensuite le faire passer à ma famille à l’orée de ce Yom Kippour.

Pour revenir sincèrement à nos valeurs, il ne suffit pas d’avoir peur de la punition consécutive à la faute, et il ne suffit pas de désirer ardemment la récompense promise pour l’accomplissement des commandements divins. Cette Techouva est artificielle. Elle ressemble au bel arbre sans racine, que le moindre vent mettra à terre.

ROCH HACHANA 5772

Merci de prier pour la Refoua Chelema de Rina Bat Yael, ainsi que pour tous les malades.

Cette semaine, nous vivrons Roch Hachana : mercredi soir, jeudi et vendredi. Nous enchaînerons, sans transition avec Chabbat Chouva, où nous lirons la paracha Aazinou.

NITSAVIM et VAYELE’H 5771

« Vous vous tenez debout, vous tous, aujourd'hui devant l'Eternel … »
(DEVARIM 29,9)

Cette semaine, nous lisons la paracha Nitsavim ainsi que la paracha Vayéle’h. Traditionnellement, Nitsavim est toujours lue le chabbat qui précède Roch Hachana.

… Cela tombe bien parce que la paracha commence par les mots "vous vous tenez debout"… comme pour un jugement. En effet, Roch Hachana est le début de l'année, mais ce n'est pas un simple anniversaire, c'est le moment où nous nous présentons devant D. pour le jugement.

Pour un jugement humain, on prépare son dossier, on cherche les meilleurs avocats, même lorsque l’on est certain d’être dans le vrai…
Alors, à plus forte raison, lorsque l’on se présente devant le Roi des Rois, pour faire un bilan, et que le passif est chargé, il faut tout faire pour profiter des derniers jours de l’année pour préparer le dossier.

KI TAVO 5771

« Maudit soit celui qui frappe son prochain en cachette. »
(DEVARIM 27,24)

Cette semaine, nous lisons la Paracha Ki Tavo. Cette longue paracha a une caractéristique tristement connue, elle comporte des bénédictions, mais aussi et surtout 98 malédictions terribles. Il faut vraiment les lire et les comprendre. Cela remet les idées en place avant le jugement à Roch Hachana.

Rashi commente le verset en entête de la façon suivante :
Qui est celui qui frappe son prochain en cachette, c’est celui fait de la médisance du Lachone Hara. Il dit la vérité, mais il parle par derrière, il colporte. Celui-ci est maudit. C’est un message pour les Bné Israel qui vont entrer en Israel, et c’est aussi un message actuel pour nous.

KI TETSE 5771

" Ce qui sort de tes lèvres tu garderas…"
(DEVARIM 23,24)

La paracha de la semaine présente de nombreuses lois sociales, des lois qui régissent le comportement de l’homme avec son prochain. Elles sont vraiment d’actualité, car l’on se rapproche des jours redoutables, et si l’on n’est pas blanc (de faute) avec son prochain, comment peut-on aller demander pardon à D ?

Le verset en entête, si l’on s’intéresse à l’aspect littéral de la paracha fait référence aux voeux que l’on prononce. La Torah nous conseille de ne pas faire de voeux.
Ainsi on peut lire « Mais si tu t’abstiens de faire des vœux, il n’y aura pas de péché en toi. Ce qui sort de ta bouche tu garderas, … » Devarim (23, 23-24).
La Torah, nous recommande donc de ne pas nous ajouter des commandements, en prononçant des voeux. Il semble donc que le commandement « Ce qui sort de ta bouche tu garderas… » soit un commandement de l’homme envers D.

CHOFETIM 5771

"Et qu’il [le roi qui a aura été choisi] ne multiplie pas pour lui les femmes, et que son coeur ne se détourne pas …"
(DEVARIM 17,17)
Cette semaine, nous lisons la Paracha Chofetim, comme dans la plupart des parachyot du dernier livre de la Torah, Moshé donne ses recommandations aux Bné Israel, avant que le peuple entre en Israel.
La paracha de la semaine présente des lois à appliquer lorsque les Bné Israel seront entrés en Terre Promise. Ainsi le verset en entête présente une loi propre au roi qui sera nommé.

Ce roi ne doit pas avoir trop de femmes ! Rachi rapporte que le nombre maximum est de 18. On l’apprend du Roi David qui avait 6 femmes, et du verset de Chmouel B (12,8).

La Torah a donné la raison de la limitation du nombre de femmes du roi : « afin que son coeur ne se détourne pas ».

REE 5771

"Vois, j’ai mis devant vous aujourd’hui la bénédiction et la malédiction."
(DEVARIM 11,26)
« Tu prélèveras la dime [Assere Teassere] sur toute récolte … » (Devarim 14,22)

Cette semaine, nous lisons la Paracha Réé, comme dans la plupart des parachyot du dernier livre de la Torah, Moshé donne ses recommandations aux Bné Israel, avant que le peuple entre en Israel.

Le verset en entête qui présente l’obligation de prélever la dîme sur les récoltes a été largement interprétée. En effet, il y une répétition : « Assere teassere » Prélever, tu prélèveras la dîme.

EQEV 5771

"… Ce n’est pas seulement avec le pain que l’homme vit, mais c’est avec tout ce qui sort de la bouche de D. que l’homme vit."
(DEVARIM 8,3)
Cette semaine, nous lisons la Paracha Eqev, comme dans la plupart des parachyot du dernier livre de la Torah, Moshé donne ses recommandations aux Bné Israel.

Le 9 Av est passé, beaucoup d’entre nous sont en vacances… mais le verset en entête nous rappelle que l’on ne doit pas oublier notre créateur !
Comme nous le dit le verset en entête, nous devons chasser le matérialisme.

Nous sommes en vacances, sans contraintes, mais nous ne devons pas oublier de nous comporter en adulte.
De même dans le livre de Devarim, Moshé veut faire comprendre aux Bné Israel, qu’ils sont devenus adultes.
Fini le temps des miracles, fini le logé, nourri, blanchi… il faut maintenant retrouver les lois de la nature et l’installation en Israel.

VAET’HANAN 5771

"J’ai imploré D., en ce moment en disant"
(DEVARIM 3,23)
Cette semaine, nous lirons la Paracha Vaet'hanan, suivie de la Haftara Na'hamou. En référence à la haftara, le Chabbat de cette semaine est d'ailleurs souvent appelé "Chabbat Na'hamou" (consolation), car il suit le 9 AV (destruction des deux temples).

Cette paracha commence avec la prière de Moshé, ou plus exactement ses supplications, ses implorations, pour avoir le droit d’entrer en Terre d’Israel.

Dans cette paracha, la Torah présente un rappel des 10 paroles : la Révélation sur le mont Sinaï.

Abrabanel s’étonne au début de notre paracha, pourquoi Moshé insiste-t-il tellement pour entrer en Israel ?

DEVARIM 5771

" Comment [Ei’ha] porterai-je seul votre charge, votre fardeau, vos disputes "
(DEVARIM 1,12)
Le livre de Devarim, le cinquième et dernier de la Torah, est constitué des recommandations de Moshé aux Bné Israel. En effet, le peuple est sur le point d'entrer en Israel, Moshé est sur le point d'être rappelé par D.
Moshé donne donc des conseils, fait des réprimandes pour toutes les fautes qui ont été commises par le peuple dans le désert. Moshé veut que les Bné Israel tirent des leçons du désert afin de réussir leur vie en Israel.

La Paracha de Devarim est lue avant le jeune du 9 av, qui cette année commencera lundi soir au coucher du soleil, pour se terminer le lendemain à la sortie des étoiles. Le jeune du 9 av a été institué car c'est le jour où le Temple a été détruit.

Le verset en entête est en quelque sorte une allusion au 9 av. En effet, ce n’est pas courant de trouver le mot « Ei’ha » dans la Torah. Et ce mot est aussi le nom en Hébreu du Livre des Lamentations écrit par le prophète Yirmihaou, que l’on lit le 9 av.