- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

VAYICHLA’H 5769

« Yaaqov resta seul, un homme combattit avec lui jusqu’à l’aube.»
Berechit (32,25).
« Il [l’ange] dit : laisse moi partir car le matin s’est levé… »
Berechit (32,27).

Au début de la Paracha Vayichla’h, Yaaqov se prépare à retrouver son frère Esaw. Rappelons la façon dont ils s’étaient séparés dans la paracha Toledot : Esaw voulait tuer son frère Yaaqov suite à l’épisode de la bénédiction d’Isaac.
Yaaqov se prépare triplement à cette rencontre périlleuse :

VAYETSE 5769

«Elle [Lea] conçut une nouvelle fois et enfanta un garçon, elle dit Cette fois je vais remercier/louer D. C’est pourquoi elle appela son nom Yehouda. Elle cessa d’enfanter »
(BERECHIT 29,35)

Le début de la Paracha Vayetse présente le départ de Yaaqov de Beer Sheva vers ‘Haran. Il fuit Esaw, et suit le conseil de ses parents : aller chez Lavan, le frère de sa mère, (à ‘Haran) afin d’épouser une de ses filles. Rappelons que Yaaqov voulait épouser Ra’hel, mais par la tromperie de Lavan, il se maria d’abord avec l’aînée à savoir Léa. C’est chez Lavan que naîtront les enfants de Yaaqov, les tribus d’Israel (sauf Binyamin).

TOLEDOT 5769

«Et que D. te donne de la rosée du ciel, des graisses de la terre, du blé et du vin en abondance. »
(BERECHIT 27,28)

La paracha Toledot nous raconte une partie de la vie de Isaac et de sa femme Rivka. Au début de la paracha, Rivka met au monde des jumeaux : Esaw et Yaaqov. Ces derniers sont complètement différents : Esaw est un chasseur, un guerrier ; Yaaqov est un homme de Torah.
Dans cette paracha, Yaaqov achète le droit d’aînesse qu’Esaw dédaigne et méprise. A la fin de Toledot, grâce à la clairvoyance de Rivka, Yaaqov obtient toutes les bénédictions de son père Yts’haq, la bénédiction sur l’aspect matériel, puis celle du spirituel.

‘HAYE SARAH 5769

« Ce fut après la mort d’Avraham, D. bénit Yts’haq son fils … »
(BERECHIT 25,11)

Le début de la paracha de la semaine, ‘Haye Sarah, est consacré à l’achat du terrain de Mearat Ma’hpela par Avraham. Ce lieu, est celui où Adam et ‘Hava sont enterrés, et c’est aussi celui où reposent : Avraham et Sarah, Yts’haq et Rivka, Yaaqov et Léa.
Puis la Torah présente le passage où Avraham charge son serviteur, Eliezer, d’aller chercher une épouse pour son fils Yts’haq.
A la fin de la paracha, la Torah raconte la mort de Avraham, ainsi que son enterrement par ses 2 fils Yts’haq et Ychmael.

VAYERA 5769

« Avraham circoncit Yts’haq, son fils, à l’âge de 8 jours, comme D. le lui avait ordonné »
Berechit 21,4

VAYERA est La Paracha qui nous raconte plusieurs moments clés de la vie d’Avraham :
- La visite des anges qui viennent annoncer que Sara aura un fils
- La négociation avec D. pour sauver les villes de Sodome et Gomorrhe
- Le sauvetage de Loth et la destruction de Sodome et Gomorrhe
- La rencontre avec Avimele’h
- Sarah qui enfante Yts’haq, la brith mila de Yts’haq
- Avraham qui doit renvoyer Ychmael
- L’ultime épreuve : la ligature de Yts’haq.

LE’H LE’HA 5769

« D. dit à Avram : Saches que tes descendants seront étrangers dans une terre qui n’est pas à eux, on les asservira et on les opprimera 400 ans. » Berechit (15,13)

Cette semaine nous lisons la paracha LE’H LE’HA.
Après les échecs que les hommes ont générés depuis la création du monde (la faute de Adam et ‘Hava, la génération du déluge, celle de la Tour de Babel), un homme apparaît dans la Paracha de cette semaine. C’est un homme hors du commun, c’est Avraham (Nous l’appellerons ainsi, bien qu’au début de la paracha, il soit nommé Avram).

NOA’H 5769

« Ils dirent : Venez, construisons pour nous une ville et une tour, et son sommet sera dans le ciel…»
(BERECHIT 11,4)

Dans la paracha de la semaine, la paracha Noa’h, on vit deux épisodes où l’humanité s’est opposée à son Créateur.

A l’époque de Noa’h, l’humanité a fauté et a été complètement détruite par le déluge. A la fin de la paracha, c’est la génération qui a voulu se séparer de son Créateur en érigeant la Tour de Babel.

BERECHIT 5769

« D. fit les 2 grands [astres] luminaires : le grand luminaire pour le règne du jour, et le petit luminaire pour le règne de la nuit, et les étoiles.»
(BERECHIT 1,16)

Nous venons de terminer les fêtes du mois de Tichri. C’était si agréable, une telle proximité avec le Créateur.
Roch Hachana, Kippour, Soucot… sont derrière nous. Mais devons-nous pour autant s’angoisser par le quotidien qui revient au galop ?

Non, il y a une solution !

Nous avons terminé ce temps de proximité avec le Créateur par Sim’hat Torah, la fête de la joie de la Torah. Nous avons lu la dernière paracha de la Torah, et nous avons commencé Béréchit, la première paracha.

La solution, pour retrouver la proximité avec le Roi, c’est la Torah, c’est l’étude de la Torah. La période de fête, c’est un cadeau, D. vient vers nous. De notre côté nous avons tenté de tout faire pour l’accueillir.
Maintenant, la mission est plus délicate. Nous devons tenter de se rapprocher du Roi, par nos efforts. Et la seule méthode, c’est la torah : l’étudier et l’appliquer. On peut atteindre le même niveau, mais au prix d’importants efforts.

YOM KIPPOUR 5769 et chabbat qui suit PARACHAT AAZINOU

« Le Rocher [le Créateur] parfaite est Son œuvre, car toutes Ses voies sont jugement, un D. fidèle et sans iniquité, Il est juste et droit.»
(DEVARIM 32,4)

Comme d’habitude, tout ce que j’écris, c’est pour moi, ce n’est pas une leçon que je donne au lecteur.
Je ne suis pas apte à parler à qui que ce soit avant LE JOUR, avant KIPPOUR. Mais, c’est un devoir pour moi de parler pendant le repas qui précèdera KIPPOUR, à table, à mes enfants.

Voici une partie de ce que je leur dirai, bli neder. Je le dirai probablement avec d’autres mots car ce sera à l’oral et pour des enfants. Mais les idées seront les mêmes. Si cela peut servir à quelqu’un d’autre, tant mieux !

Le verset en entête nous dit « Toutes Ses voies sont jugement … Il est juste et droit ». Et c’est devant Lui que l’on se présente à Yom Kippour. C’est Lui qui nous juge. Il connaît toutes nos pensées. Il sait tout ce qu’il y a derrière nos apparences.

IL sait ce que l’on vaut vraiment … alors pour s’en sortir, il n’y a pas 36 solutions, il faut prendre la perche tendue, il faut revenir à nos valeurs et donc faire Techouva. C’est une condition nécessaire pour réussir son Yom Kipour.

VAYELE’H 5769 - CHABBAT CHOUVA

« Et Moi, Je cacherai Ma face en ce jour à cause de tout le mal qu’il a fait car il s’est tourné vers d’autres dieux. Et maintenant écrivez pour vous ce chant et enseigne le aux bné Israel, mets le dans leur bouche… »
(DEVARIM 31,18-19)

Nous venons de vivre Roch Hachana, nous avançons vers, le grand rendez-vous de Yom Kippour, nous sommes dans les 10 jours de repentir, de retour vers nos valeurs.