- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

Chemot 5771

« D. dit à Moshé : maintenant tu vas voir ce que Je vais faire à Pharaon… »
Chemot (6,1)

La Paracha CHEMOT, est comme son nom l'indique la première du livre de CHEMOT. Littéralement, CHEMOT = "noms", mais on a pris l'habitude d'appeler le 2è livre de la Torah "l'Exode", en référence au thème principal, la sortie d'Egypte.

La paracha de la semaine commence par nous présenter la dégradation de la situation des Bné Israel en Egypte. De la position d'invités privilégiés du temps où Yossef était vice-roi d'Egypte, les Bné Israel sont à présent des esclaves.

Moshé est choisi pour libérer les Bné Israel. A la fin de paracha, Moshé est déjà perçu comme le chef des Bné Israel. Pharaon veut donc étouffer la révolte et donc décide d’imposer des mesures encore plus terrible sur les esclaves. Toujours plus de travail donc toujours moins de temps pour penser.

Moshé ne comprend donc pas. D. lui a parlé, Moshé est le chef choisi pour libérer le peuple, et à cause de son intervention auprès de Pharaon, le peuple souffre encore plus.

Vaye’hi 5771

« Yossef est un fils de grâce, un fils de grâce pour l’oeil »
Berechit (49, 22)

La paracha de la semaine conclut le livre de Béréchit. Le peuple des enfants d’Israel (Yaaqov) est à présent une entité à part entière, bien que résidant en Egypte.
Yaaqov, le troisième patriarche bénit, dans notre paracha, ses enfants, les 12 tribus, avant de rejoindre le monde de la Vérité.

Et pour chaque fils, il y a un mot particulier.

La guemara Bera’hot 20a, nous raconte une histoire.

Rabbi Yo’hanan avait l’habitude d’aller s’asseoir à la sortie du miqwé (bain rituel) des femmes. En effet, il souhaitait que les femmes le regardent en sortant.
Il disait : « ces filles d’Israel qui sortent et me regardent, qu’elles aient des enfants beaux comme moi. »

Vayigach 5771

« Et maintenant, ne soyez pas tristes, ne soyez pas en colère contre vous-même de m’avoir vendu ici car c’est pour la susbistance que D. m’a envoyé devant vous »
Berechit (45,5)

La paracha de la semaine nous raconte le dévoilement de Yossef devant ses frères.
Puis Yossef demande à ses frères de ramener toute la famille en Egypte. Yaaqov et tous les siens descendront donc en Egypte.

Vayechev 5771

« Yehouda reconnut, il dit : elle [Tama] est juste, de moi [elle est enceinte] »
Berechit (38,26)

La paracha de la semaine nous rapporte le triste épisode de la vente de Yossef par ses frères. Ces derniers étaient convaincus d’être dans le vrai. Ils avaient jugé Yossef, et l’avaient condamné.

Yehouda a une grande part de responsabilité dans cette vente. Reuven voulait venir sortir Yossef du puit dans lequel on l’avait jeté. Mais c’est Yehouda qui va proposer de vendre Yossef.

La Torah interrompt l’histoire de la vente de Yossef pour nous raconter celle de Tamar, là encore le « mauvais rôle » est joué par Yehouda.

Vayichla’h 5771

« Yaaqov eut très peur… »
Berechit (32,8)

Au début de la Paracha Vayichla’h, Yaaqov se prépare à retrouver son frère Esaw. Rappelons la façon dont ils s’étaient séparés dans la paracha Toledot : Esaw voulait tuer son frère Yaaqov suite à l’épisode de la bénédiction d’Isaac.
Yaaqov se prépare triplement à cette rencontre périlleuse :
- Il se prépare à l’affrontement armé, en séparant sa famille en 2 camps. Si l’un des deux devaient être frappés, l’autre serait sauvé.
- Il prie D. de l’aider en disant, en autre, « Sauve-moi de la main de mon frère de la main d’Esaw ».
- Il prépare des cadeaux pour amadouer son frère (il veut négocier !).

La guemara Bera’hot 4a rapporte 2 versets des Psaumes, qui sont apparemment contradictoires.
Le Roi David, auteur des psaumes dit à D. :« Garde mon âme car je suis bon [‘hassid] » (Psaume 86,2)
Mais il dit aussi : « puissé-je voir les bontés de D., dans la terre des vivants [le monde futur] »
Du fait que l’on trouve des points anormaux sur le début du verset [loulé], nos maîtres expliquent que le Roi David a peur de perdre son monde futur.

Vayetse 5771

« Yaaqov sortit de Beer Cheva, il alla à ‘Harane »
Berechit (28,10)

Le début de la Paracha Vayetse présente le départ de Yaaqov de Beer Sheva vers ‘Haran. Il fuit Esaw, et suit le conseil de ses parents : aller chez Lavan, le frère de sa mère, (à ‘Haran) afin d’épouser une de ses filles. Rappelons que Yaaqov voulait épouser Ra’hel, mais par la tromperie de Lavan, il se maria d’abord avec l’aînée à savoir Léa. C’est chez Lavan que naîtront les enfants de Yaaqov, les tribus d’Israel (sauf Binyamin).

La guemara Sanhédrine 95b ne comprend pas bien les premiers versets de la Paracha.

TOLEDOT 5771

« Les enfants grandirent et Esaw devint un homme qui sait chasser, un homme du champ ; et Yaaqov [était] un homme intègre qui habite les tentes »
Berechit (25,27)

La paracha Toledot nous raconte une partie de la vie de Isaac et de sa femme Rivka. Au début de la paracha, Rivka met au monde des jumeaux : Esaw et Yaaqov. Ces derniers sont complètement différents : Esaw est un chasseur, un guerrier ; Yaaqov est un homme de Torah.
Dans cette paracha, Yaaqov achète le droit d’aînesse qu’Esaw dédaigne et méprise. A la fin de Toledot, grâce à la clairvoyance de Rivka, Yaaqov obtient toutes les bénédictions de son père Yts’haq, la bénédiction sur l’aspect matériel, puis celle du spirituel.

Le verset en entête nous présente un tableau bien tranché des traits de caractères des frères jumeaux.

En résumé Esaw est un homme d’action, attaché à la matérialité, Yaaqov est un homme d’intérieur, et un homme de réflexion, un homme qui étudie et qui réfléchit. Yaaqov saura aussi allier la réflexion à l’action, puisqu’il est le fondateur du Peuple d’Israel. Il saura se mettre au niveau de Lavan, son beau-père, pour le battre sur son propre terrain.

‘HAYE SARAH 5771

« Efrone répondit à Avraham … : un morceau de terrain de 400 sicles d’argent, entre toi et moi, qu’est-ce ? … Avraham pesa pour Efrone l’argent … »
Berechit 23,14-16

Le début de la paracha ‘Haye Sarah est consacré à l’achat du terrain de Ma’hpela par Avraham (il veut enterrer Sarah). Ce lieu, est celui où Adam et ‘Hava sont enterrés, et c’est aussi celui où reposent : Avraham et Sarah, Yts’haq et Rivka, Yaaqov et Léa.
Puis la paracha présente le passage où Avraham charge son serviteur, Eliezer, d’aller chercher une épouse pour son fils Yts’haq.

Dans ces 2 événements, on remarque un certain rapport à l’argent.

Vayera 5771

« Et maintenant, ramène la femme de cet homme [d’Avraham], car c’est un prophète, et il priera pour toi…. »
Berechit (20,7)

VAYERA est La Paracha qui nous raconte plusieurs moments clés de la vie d’Avraham :
- La visite des anges qui viennent annoncer que Sara aura un fils
- La négociation avec D. pour sauver les villes de Sodome et Gomorrhe
- Le sauvetage de Loth et la destruction de Sodome et Gomorrhe
- La rencontre avec Avimele’h
- Sarah qui enfante Yts’haq, la brith mila de Yts’haq
- Avraham qui doit renvoyer Ychmael
- L’ultime épreuve : la ligature de Yts’haq.

Au chapitre 20 de la paracha de la semaine, l’on remarque qu’Avraham doit encore voyager, il s’en va vers le sud, le pays d’Avimele’h.
Afin de rester en vie, Avraham demande à Sarah de dire qu’elle est sa soeur... Du coup Avimele’h veut la prendre pour épouse, et se voit punit par D. (voir la guemara baba qama 92a pour comprendre pourquoi Avimele’h est puni).
D. apparaît en rêve à Avimele’h pour lui dire de rendre Sarah, avant qu’il ait pu faire quoi que ce soit avec elle.

LE’H LE’HA 5771

« D. dit à Avram : Vas pour toi [hors] de ta terre, de l’endroit où tu es né, de la maison de ton père vers la terre que je te montrerai »
Berechit 12,1

Après les échecs que les hommes ont générés depuis la création du monde (la faute de Adam et ‘Hava, la génération du déluge, celle de la Tour de Babel), un homme apparaît dans la Paracha de cette semaine. C’est un homme hors du commun, c’est Avraham (Nous l’appellerons ainsi, bien qu’au début de la paracha, il soit nommé Avram).
Cet homme est doublement exceptionnel :
- D’une part, grâce à son intelligence et à son discernement il parvient à comprendre que le monde a forcément un Créateur. Il va de ce fait rejeter et combattre l’idolâtrie.

- D’autre part, il comprend, contrairement à la génération de la Tour de Babel, que D. a créé le monde et ne s’en est pas déchargé. Avraham comprend, qu’en faisant de la place au Créateur, parmi les hommes, le Créateur se révèle. Et c’est ce qui se passe.
Avraham notre père, notre ancêtre, la source de notre peuple, a le mérite que D. le choisisse, pour faire passer Son message.
Avraham se soumet entièrement, d’une foi complète au Créateur, et c’est cela aussi sa grandeur. Même, si les ordres qu’il reçoit ne sont pas compatibles avec la logique humaine, il se soumet, et applique la volonté de D.

La guemara Avoda Zara, à la page 14b, nous apprend que Avraham, notre père, disposait d’un traité (masse’het) traitant de l’idolâtrie (Avoda Zara) qui contenait 400 chapitres.

Alors que notre traité Avoda Zara comporte 5 chapitres, celui d’Avraham, en comportait 400 !

En clair, le monde était rempli d’idolâtrie, et il fallait de nombreux chapitres pour en expliquer les détails, pour savoir ce qui est considéré comme idolâtrie, avec les conséquences au niveau de la loi : Comment faire pour s’éloigner à 180° de ce fourvoiement ?