- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

KI TAVO 5770

"Et tu travailleras pour ton ennemi …"
(DEVARIM 28,48)
Cette semaine, nous lisons la Paracha Ki Tavo. Cette longue paracha a une caractéristique tristement connue, elle comporte des bénédictions, mais aussi et surtout 98 malédictions terribles. Il faut vraiment les lire et les comprendre. Cela remet les idées en place avant le jugement à Roch Hachana.

A Roch Hachana, nous sommes jugés (même si le jugement est scellé à Yom Kippour). Vie, Santé, Salaire … nous sommes jugés.

La guemara nous dit d’ailleurs, que notre salaire est fixé de Roch Hachana au Roch Hachana suivant (à part quelques postes de dépenses bien spécifiques).
Mais alors pourquoi faire des efforts si tout est fixé … pourquoi travailler ?

La guemara Bera’hot 35b nous apporte des avis intéressants.

Rabbi ‘Hanina bar Papa s’étonne d’une contradiction dans la Torah. Parfois D. parle et dit « TA récolte / tes céréales … » Devarim 11,14.
Ailleurs, on lit, D. dit « Je prendrai MA récolte/ mes céréales… » Ochéa 2,11.

Alors la récolte, est-elle aux hommes ou à D. ?

On répond qu’il n’y a pas de contradiction… Quand nous accomplissons la volonté de D., la récolte est à nous… quand nous désobéissons, la récolte est à Lui.

La guemara continue, nous avons :
« Tu amasseras Ta récolte / tes céréales … » Devarim 11,14.
Et nous avons un autre verset qui nous dit :
« Le livre de la Torah ne doit pas s’éloigner de ta bouche… » Yehochoua 1,8.
Alors, faut-il travailler ou étudier ?

Rabbi Ychmael dit : suit le chemin de ce monde. En clair, il faut travailler, amasser la récolte, pour ainsi pouvoir détenir les moyens d’étudier.

Rabbi Chim’one dit : est-il possible de labourer, de semer, de récolter … ? alors que devient la Torah ? Quand peut-on étudier ?
Rabbi Chim’one nous dit donc : si l’on accomplit la volonté du Roi, alors notre travail est réalisé par les autres… sinon, c’est à nous de travailler, comme il est dit : « Tu amasseras Ta récolte / tes céréales … » Devarim 11,14.
Et, si nous nous comportons mal, c’est encore plus grave, nous travaillons pour les autres nations, pour les ennemis. C’est une des malédictions de la paracha de la semaine : "Et tu travailleras pour ton ennemi …" (DEVARIM 28,48)

Il y a donc une discussion entre Rabbi Ychmael et Rabbi Chim’one : faut-il travailler et étudier ou uniquement étudier ?

Abbayé dit : nombreux sont ceux qui ont fait comme rabbi Ychmael, et cela a bien fonctionné, en revanche, nombreux sont ceux qui ont fait comme Rabbi Chim’one, et cela n’a pas marché.

Le Maharcha explique, il est clair qu’il existe des justes parfaits, pour qui l’attitude prônée par rabbi Chim’one, fonctionne. Toutefois, il est déconseillé de suivre sa voie. En effet, qui dit que je suis un juste parfait ?
En revanche, à l’époque du Machia’h, très bientôt amen, c’est clair que celui qui voudra étudier pourra le faire, et les autres travailleront pour lui.

L’avis que j’ai présenté ici n’est qu’une lecture de la guemara, sans la confronter à d’autres textes. C’est pourquoi, ceux qui étudient à plein temps, et qui acceptent de sacrifier leur bienêtre matériel ont probablement aussi sur qui s’appuyer.

Chabbat Chalom
Ketiva va’hatima Tova
Stéphane Haim COHEN, www.limud.net

D’après :
Guemara Bera’hot 35b, Editions Sotenschtein