- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

BEAALOTE’HA 5771

" D. dit à Moshé : Rassemble pour moi 70 hommes parmi les anciens d’Israel…"
(Bamidbar 11,16).
La paracha de la semaine commence par la présentation de la mitswa confiée à Aaron : l’allumage de la Menora, le chandelier à sept branches.
Puis, la paracha expose les lois de Pessa’h Cheni (le rattrapage de pessa’h), certains déplacements des Bné Israel dans le désert orchestrés par les colonnes de nuées le jour, et de feu la nuit.
Ensuite, nous assistons à une révolte d’une partie du peuple, qui demande de la viande à manger.
C’est aussi dans notre paracha où D. demande à Moshé de rassembler 70 anciens (verset en entête) qui l’épauleront. C’est la base du Sanhédrine, que l’on trouvera plus tard dans l’enceinte du Beth Hamiqdach, le Temple à Jerusalem.

La guemara Sanhédrine nous explique les compétences et les caractéristiques des différents tribunaux. Il existe des tribunaux avec 3 juges (qui traitent essentiellement d’affaires civiles), et des tribunaux des 23 membres, enfin le Sanhédrine de Jerusalem qui comprend 71 membres.
(Rabbi Yehouda dit 70 membres).

Les tribunaux de 23 juges, et le Sanhédrine ont la faculté d’infliger la peine de mort. Bien évidemment, c’est terriblement réglementé, si bien que de telles peines étaient rarissimes. L’effet était essentiellement dissuasif. C’est peut être la raison pour laquelle à partir du moment où les crimes se sont multipliés, on a supprimé l’application de la peine de mort. Tout se passe comme si, la peine de mort n’étant plus dissuasive, on la supprime.

L’on note ici la force de nos sages. Ils ont réussi à comprendre que ce qu’attend de nous la Torah, est peut être le contraire de ce que l’on lit noir sur blanc dans la Torah.

La guemara Sanhédrine 17a nous donne les caractéristiques des juges aptes à être membres du Sanhédrine. Le Rambam explique que ces caractéristiques sont identiques pour les tribunaux de 23 juges, et pour le Tribunal de 71 membres à Jérusalem.

Les juges doivent être impressionnants par leur taille, leur apparence et leur sagesse. En effet, le public doit les craindre. Et les apparences comptent. Un petit juge n’inspire pas la crainte. Un juge impressionnant est utile car les personnes jugées auront peur de mentir.

Le juge doit bien entendu être sage (intelligent, bagage de connaissance …). Mais cela ne suffit pas. Le juge doit être âgé. En effet, un jeunot, même s’il a toutes les autres qualités requises n’impressionne pas ou peu, n’inspire pas la crainte.
En revanche, le juge ne doit pas être un « ancien ancien ». S’il est trop âgé, il ne peut plus rester juge.

Le juge doit comprendre la sorcellerie, ou ce que l’on fait passer pour de la sorcellerie.

Enfin, le juge doit connaître 70 langues, ce que le Rambam traduit par « la plupart des langues ». En effet, le juge doit comprendre sans traducteur la parole des témoins… Traduction trahison ! Le juge ne doit pas être à la merci d’un traducteur qui interprète forcément lorsqu’il traduit.

CHABBAT CHALOM

Stéphane Haim COHEN

www.limud.net

D'après Guemara Sanhédrine 17a, Editions Sotenschtein.