- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

VAYAKHEL 5770

« Durant 6 jours le travail sera fait, et le 7è jour sera saint pour vous..»
(CHEMOT 35,2)

Cette semaine, nous lirons la paracha Vayakel. Avant de re-présenter la construction du sanctuaire (Michkan = Temple démontable du désert), la Torah nous souligne encore une fois l'importance du chabbat.

En effet, nous apprenons que le chabbat prime sur la construction du Michkan, le Temple démontable du désert.

Les 39 travaux interdits le chabbat (et leurs dérivés), sont ceux qui ont permis la construction du Michkan.

Rabbi Avraham, fils du Rambam, explique dans son Livre « Hamaspiq leovdé hachem », qu’il y a différents niveaux d’applications des commandements de D.

Ainsi pour tous les commandements de la Torah, il y a le minimum : ne pas profaner d’interdits, et faire ce qui est demandé.

Celui qui respecte la Torah et ses commandements à la lettre est appelé « juste, tsadiq », c’est un homme « cachère ».
En revanche, celui qui profane les commandements, et ne se conforme pas à ce service minimum, ne remplit pas ses devoirs envers le Créateur.

Après le niveau minimum, il y a une seconde étape : appliquer les commandements de D. et réfléchir aux buts des mitswot, et à leurs secrets, selon les écrits de nos maîtres.

Ainsi, pour le respect du chabbat, Rabbi Avraham décrit trois personnes qui ont su dépasser le niveau basique :

1. Garder le chabbat, ne pas l’enfreindre et penser aux buts du chabbat. Réfléchir à la Création du monde. Comprendre que les cieux et la terre ont été créés en 6 jours, et qu’il n’y avait rien avant, à part le Créateur qui nous a donné le chabbat.

2. La seconde personne fait tout ce que fait la première… mais il réfléchit encore plus ! Il pense à l’immensité de la Création de D. Il essaye d’imaginer et de comprendre la révolution des planètes… ainsi il est amené à penser à l’infinie sagesse du Créateur.

3. Le troisième homme, fait tout ce que fait le second, mais en plus… en approfondissant encore plus, il devient heureux parce qu’il profite de la lumière du Créateur : il réussit à connaître le Créateur, parce qu’il a compris la grandeur de Ses réalisations.
Il comprend le lien intellectuel qui l’unit avec le Créateur, parce qu’il a compris le but du Chabbat.
Du coup, il va éliminer tout ce qui pourrait lui faire perdre ce lien avec le Créateur. Il mange moins, boit moins… à un point tel que « ses membres ont faim, [ont besoin de carburant,] mais lui ne ressent pas la faim ! ». C’est conforme avec les lois du Rambam : le chabbat il faut manger peu en quantité, mais beaucoup en qualité ! C’est cela embellir le chabbat !

En lisant Rabbi Avraham, fils du Rambam, on comprend que la route est encore longue, il y a encore du chemin à parcourir pour nous réaliser… mais le minimum est de savoir où l’on veut aller !

CHABBAT CHALOM

Stéphane Haim COHEN

D’après :
Hamaspiq LéOvdé Hachem de Rabbi Avraham, fils du Rambam.