- Paramètres:
Page
Normal
Plain layout without fancy styles
Font
Normal
Large fonts
Very large fonts
Colour
Normal
Restful colour scheme
Light text on a dark background
לימוד תורה
Skip to top of page

‘HOUQAT 5770

" Sur cela les poètes diront : venez à ‘Hechbone que soit bâtie et établi la ville de Si’hone ."
(BEMIDBAR 21,27)

Cette semaine nous lisons la paracha ‘Houqat.
‘Houqat nous présente la vache rousse. Le principe est clairement énoncé. Si quelqu’un s’est impurifié au contact d’un mort, il devra se purifier le troisième et le septième jour (après le contact avec le mort), par une eau qui contient des cendres de la vache rousse qui a été sacrifiée.

Mais cette paracha contient aussi l’épisode « des eaux de la querelle ». En effet, les Bné Israel se plaignent de ne plus avoir d’eau, car le puit de Myriam a disparu avec sa mort. D. demande donc à Moshé de prendre son bâton et de parler au rocher. Or Moshé prend son bâton et frappe le rocher à 2 reprises pour que l’eau sorte.
Moshé sera puni et n’entrera pas en Israel. Il fallait parler au rocher, et non pas le frapper.

A la fin de la paracha, on a la guerre d’Israel contre Si’hone le Roi des Emoréens. Ils ont refusé le droit de passage au Bné Israel : Israel leur fait donc la guerre. Les Bné Israel ont ainsi conquis la ville de Si’hone.

Le verset en entête est peu compréhensible.
La guemara Baba Batra 78b tente de l’expliquer. Le sens premier est une allusion aux poètes, (Bilaam et ses amais) qui diront de venir à ‘Hechbone qui était une ville de Moab. Ils s’adressent à Si’hone et demandent de venir concquérir ‘Hechbone.
Mais cette information n’est pas nouvelle nous savons déjà par le verset précédent que ‘Hechbone a été conquise par les emoréens des mains de Moab…. Tout cela pour être remise sur un « plateau d’argent » aux Bné Israel.

La guemara interprète donc le verset sous un angle allégorique.
Qui sont les « Mochelim » (poètes au sens premier), ce sont ceux qui dominent leurs penchants, les justes !
« Venez à ‘Hechbone » = venez faire les comptes de ce monde ci. Il faut peser ce que l’on perd quand on rate une mitswa, face à ce que l’on pourrait gagner. Il faut peser le bénéfice immédiat de la faute, face à tout ce qu’elle nous fera perdre.
« Que soit bâtie et établi ». Si l’on pèse le pour et le contre avant d’agir, si l’on réfléchit, si l’on bat le mauvais penchant, alors on bâtira dans ce monde ci et on établira/construira dans le monde futur.

Chabbat Chalom
Stéphane Haim COHEN, www.limud.net

D’après :
Guemara Baba batra 78b, editions Sotenschtein